Nicolas de Vicq interview Julien Musy

Comment devenir un entrepreneur à succès?

Nicolas de Vicq, fondateur du mouvement “J’entreprends Ma Vie”, interroge Julien Musy afin de répondre à une question que se pose un grand nombre d’entrepreneurs: comment devenir un entrepreneur à succès ?

Julien Musy accompagne entrepreneurs et tennismans de haut-niveau à mettre leur mental au service de leurs objectifs afin d’atteindre des résultats exceptionnels à la hauteur de leur potentiel. Nicolas a eu l’occasion de suivre un accompagnement sur plusieurs mois avec Julien et il a fait bouger pas mal de choses dans la manière dont il envisage son business mais aussi sa vie en général.

Transcription de la vidéo

Julien, tu es parmi les plus jeunes entrepreneurs du web aujourd’hui qui ont un succès assez phénoménal, en très peu de temps tu es parvenu à un business multimillionnaire. En partant de zéro et avec une véritable volonté d’impacter et de pouvoir amener ta contribution dans le monde, tu as lancé ton business… Peux-tu nous dire d’où tu viens et à quel moment tu t’es dit: “j’ai un business à construire, j’ai une activité à lancer”?

Alors j’ai eu une enfance plutôt très cool. De 12 ans à 16 ans, j’étais sportif de haut niveau, je voyageais à travers le monde pour faire des tournois, j’avais beaucoup de reconnaissance. Je faisais uniquement ce que j’aimais et je n’allais pas à l’école donc j’ai vraiment eu une enfance que j’ai adorée. À l’âge de 16 ans je suis rentré chez moi parce que je m’étais blessé. À ce moment là, je me suis rendu compte que ma mère était alcoolique et je vivais seul avec elle. C’était vraiment la période la plus dure de ma vie. Vivre seul avec ma mère qui était alcoolique et pouvait être violente physiquement, violente verbalement et ne pas avoir de soutien émotionnel a été très dur.

Je suis devenu numéro 1 français pour une raison, c’est que je ne voulais pas rentrer chez moi le soir. À un moment donné je me suis dit que j’allais m’entraîner, alors j’arrivais une heure avant les autres et je repartais le soir deux heures après les autres. Cette année-là, je suis devenu numéro 1 français. Mais à un moment mon corps a vraiment dit stop. Je suis rentré à l’école en terminale, cela faisait cinq ans que je n’avais pas été à l’école donc forcément j’avais de très mauvaises notes. Puis je me suis dit que j’allais bosser énormément et j’ai fini avec presque la mention très bien au bac.

Ensuite, j’ai commencé à m’enfermer dans le travail, la seule chose qui existait pour moi c’était le travail. Pendant 5 ans, connecter avec les gens n’était juste pas possible, j’avais peur des gens, j’étais hyper timide, c’était horrible. Je détestais mes études mais on m’avait dit que ce serait un mauvais moment à passer, qu’une fois que je travaillerai, je comprendrais pourquoi j’ai choisi ces études. Après les deux premières semaines de mon stage de fin d’études, je me suis dit que c’était même pire que mes études! On construit des années d’études, on se donne à fond puis on a un boulot et on se dit: “mais pourquoi j’ai fait ça?”

Le shift s’est fait quand un jour, je demande à un membre de mon open-space combien il gagne, il me répond trente-deux mille euros par an! Et là, ça bloque! Tu vis cette vie de merde pour trente-deux mille euros par an! Alors je lui demande pourquoi il continue, et là il me dit qu’il est satisfait parce qu’il part à 8h de chez lui et rentre à 18h30 et qu’il peut profiter de sa famille le soir… Je me suis dit que je ne voulais pas de cette vie-là. Alors je me suis mis à chercher sur internet ce que je pouvais faire de ma vie. J’avais une passion pour la pâtisserie, je tenais un blog depuis des années et je commence à me rendre compte que je peux en vivre; je m’intéresse au blogging etc.

Ensuite, je lâche mes études, je pars au Japon et lorsque je rentre du japon, pendant six mois je commence à trouver des petits jobs pour pouvoir créer ma passion, et ensuite je crée mon premier business en ligne dans la cuisine. Je vends une première formation, je gagne quelques milliers d’euros. Ensuite, je commence à me passionner pour le développement personnel. Très vite je me rends compte que mes blocages dans mon business, sont juste le reflet de mes propres blocages.

Je commence à assister à plein de séminaires, et un jour j’assiste à un séminaire où on nous fait faire un exercice émotionnel et je me souviendrai toujours de ce moment où j’ai l’impression d’être dans un autre espace de conscience, ça ne m’était jamais arrivé. À cette époque là, je ne croyais pas trop en la spiritualité, et là je me vois à travers une vision très claire devant mille personnes alors que j’étais l’ado timide qui a peur de parler aux gens, pour qui c’est déjà difficile d’aller parler à une seule personne. Je me visualise devant mille personnes en train de transmettre mon message à des sportifs de haut niveau et en train de transmettre tout ce que j’apprends dans le développement personnel à des sportifs de haut niveau, et c’est une vision qui est limpide, je ne peux pas ne pas la suivre.

Le lendemain je m’inscris dans une école de coaching, trois mois plus tard j’accompagne le premier sportif de haut niveau en coaching. Je me dis qu’il faut que je crée un blog dans le développement personnel mais je n’ai aucun positionnement, comme beaucoup de gens qui se lancent dans le coaching et qui galèrent à pouvoir en vivre. C’est exactement ce que j’ai vécu. J’organise des conférences, j’ai deux personnes présentes, la cata, mais je les fais! Puis je décide de clarifier mon positionnement et de créer “Mental d’Acier” pour accompagner des sportifs de haut niveau à travers la préparation mentale. En l’espace de huit mois je passe de zéro à six mille euros par mois de manière automatisée, mais vraiment stable, récurrent tous les mois.

Pour moi c’est génial quand tu débutes, six mille euros par mois c’est énorme et puis je ne me rends pas trop compte que je les fais en travaillant très dur. J’étais tellement focus et déterminé et je savais tellement ce que je voulais que ça ne m’a pas paru dur. Des entrepreneurs commencent à me dire: “mais c’est incroyable ce que tu as mis en place avec l’appli facebook et le tunnel de vente”, et je me dis que je pourrais aider d’autres entrepreneurs à faire pareil. Et c’est là qu’en novembre 2017 je crée “Leader de ton marché” qui a pour but d’aider des entrepreneurs à transmettre leur message à un tout autre niveau, impacter beaucoup plus de personnes et devenir le numéro un de leur industrie, et c’est à travers cette entreprise qu’on est passé de zéro à plusieurs millions en l’espace de douze mois!

Il y a vraiment quelque chose que j’admire chez toi, c’est ta capacité à mettre en exécution et obtenir des résultats rapidement là où beaucoup rament pendant longtemps. Est-ce que tu peux nous partager ce que tu as mis en place dans ta psychologie, ce que tu as transformé dans ta psychologie pour avoir des résultats aussi rapides? 

Il y a plusieurs choses. La première c’est que je passe beaucoup de temps à me demander ce que je veux. Je ne sais pas ce que je veux dans la vie. Donc je passe énormément de temps à travailler sur ma vision, sur ce qu’est ma vie idéale, ce que j’ai vraiment envie de créer dans ce monde. J’ai une vision très claire de ce que je veux à un an, à trois ans, à dix ans. Je sais exactement où je veux aller.

La plupart du temps quand on procrastine c’est soit qu’on essaie de faire quelque chose qui ne nous correspond pas, soit on essaie de vivre la vie de quelqu’un d’autre, soit on avance dans le flou et on n’a pas de clarté sur ce qu’on veut vraiment. Donc j’ai une vision ultra-claire et je sais que ma vie est basée sur ce qui m’inspire moi et pas sur ce qui inspire quelqu’un d’autre.

J’ai vraiment fait un travail de déconstruire le bien et le mal, ce qui est attendu de moi pour définir moi Julien Musy. Ce qui me permet d’agir massivement, c’est aussi définir ce que je veux, et ce que je ne veux plus. J’ai aussi compris très vite que la clé n’est pas de faire les choses parfaitement c’est plutôt d’agir massivement et d’améliorer constamment. Dès que j’ai une idée, je la mets en place et je la teste, je vois si ça répond un peu. Si ça répond, j’améliore de plus en plus et je reste focus sur cette idée. La réalité des choses c’est que beaucoup de gens y compris moi, n’y vont pas parce qu’il y a des choses qui nous freinent, qui nous bloquent, il y a des peurs, il y a du manque de clarté, du manque de confiance.

Quelles sont tes stratégies de Mindset pour y aller avec la peur? 

Un jour j’ai compris une chose vis-à-vis de la peur: la peur et l’adrénaline étaient exactement la même chose. La seule chose qui change, c’est le sens que tu donnes aux choses. C’est-à-dire que tu prends les symptômes de l’adrénaline et de la peur, ce sont les mêmes. Tu as le coeur qui s’accélère, le sang qui commence à aller dans tes muscles, tu peux devenir rouge, tu deviens chaud, les symptômes sont exactement les mêmes. La seule différence c’est le sens. Le sens que tu donnes, et tu peux changer ce sens.

Je vais te donner un exemple. C’est en ce moment un truc qui me fait très peur c’est d’aborder des filles dans la rue qui me plaisent. Au début je mets beaucoup de conscience sur ce qui se passe dans ma tête. Dimanche soir par exemple il y a une fille qui me plaît et pour moi ça fait dix fois plus peur que certaines peurs liées à mon business! Je me dis qu’il faut que je l’aborde et là je sens mon coeur qui bat plus fort, qui s’accélère, je sens que je commence à avoir chaud. Au début j’ai tout un lot de pensées qui arrivent et puis je reprends le contrôle de mes pensées et je me demande ce qui va me rendre fier de moi ce soir. Ce sont des leviers aussi; pour moi les leviers c’est de ne rien regretter dans ma vie, être fier de moi, continuer à grandir et j’appuie sur mes leviers moi-même à travers les questions je me pose. Quelle est l’action qui va me permettre de grandir? Et ensuite je me demande: “au pire, il se passe quoi?”.

Ce qui est drôle c’est qu’en plus cette fille, on a parlé ensemble et ça a bien connecté et le lendemain on a déjeuné ensemble et à la fin je prends un beau râteau! Je lui dis: “tu es audacieuses comme fille?” elle me répond “oui” et je lui dis: “ça te dirait de partir trois jours avec un mec que tu connais à peine dans un endroit que tu ne connais pas du tout?” Et là elle réfléchit, elle se sent trop mal, et elle me dit: “en fait je vois quelqu’un depuis pas longtemps et j’aimerais qu’on reste amis”!

Ca me faisait beaucoup plus peur de prendre un râteau que le fait de prendre un râteau qui en fait peut te faire rire. Et donc là par exemple, il y a deux minutes, j’ai peur, je me dis: “comment je vais me sentir quand je vais voir la vidéo, quand des gens vont commenter la vidéo quand les gens vont voir cette vulnérabilité, le fait que je peux aussi prendre des râteaux le fait de partager devant des milliers de personnes que je prends des râteaux, franchement j’ai ce moment de peur il y a deux minutes. Et puis je me dis qu’il faut que je suive cet élan! C’est très puissant! Suivre ses élans c’est là où s’active la peur mais c’est aussi là où il y a l’excitation, l’adrénaline, “à quoi ça ressemblerait si j’y allais?”.

Alors aujourd’hui tu as un business assez incroyable. Ici je suis à Malte, on a passé trois jours de séminaire et Julien est venu avec toute son équipe, c’est super inspirant parce que vous êtes 25 personnes! Quel est le challenge que ça amène dans ta vie à titre pro ou perso, le fait d’être passé à ce niveau supérieur? Qu’est-ce qui aujourd’hui t’empêche d’aller vers la plus grande vision? 

Aujourd’hui ce qui est le plus dur pour moi, c’est de lâcher des choses qui génèrent des millions dans mon entreprise mais sur lesquelles je ne suis plus aligné. Je me demande si je suis prêt à lâcher peut-être un million de chiffre d’affaires l’année prochaine pour être vraiment aligné avec moi-même ou est-ce que ce million est quand-même important et je préfère être désaligné sur deux ou trois trucs.

Demain on a une journée en équipe, on passe une journée à définir la vision 2020 et on la définit ensemble mais c’est quand-même moi qui vais décider. Ca me challenge vraiment de prendre cette décision qui n’implique pas que moi, mais qui implique toute l’équipe Est-ce que je suis prêt à ce qu’on fasse beaucoup moins de bénéfices, lâcher quelque chose qui ne m’inspire pas? Jouer long-terme mais accepter à court-terme d’avoir moins d’argent c’est un vrai défi. Je n’ai pas des millions dans ma poche tous les mois en fait. 

J’ai une dernière question à te poser: quel est le sens que tu mets dans tout ce que tu fais? A quoi tu contribues dans le monde? Quelle est cette grande vision que tu as envie de partager maintenant?

La grande vision que j’ai c’est que je pense qu’on a tous cette capacité de se créer une vie extraordinaire. Ce qui m’inspire c’est que chaque personne prenne la pleine responsabilité de sa vie, prenne la pleine responsabilité de ses émotions, de son attitude, de ce qu’il envoie à l’extérieur et que le changement du monde à l’extérieur sera juste le reflet du changement intérieur de chaque personne. Mon rôle c’est avant tout de faire que je transforme mes émotions le plus vite possible de manière à être de plus en plus aligné chaque jour, de plus en plus inspiré chaque jour, pouvoir donner l’autorisation aux gens autour de moi d’être alignés, inspirés et que chacune des personnes dans ce monde soit plus alignée, plus inspirée.

Je pense qu’aujourd’hui, s’il y a des guerres, des gens qui vendent des produits de merde qui pourrissent la planète, je pense que c’est parce que ces gens-là ont des conflits de valeurs de la même manière que je peux avoir un conflit de valeurs aujourd’hui sur est-ce que je continue à faire de l’argent ou est-ce que je privilégie l’impact et le fait vraiment d’être pleinement aligné.

Mon rôle, c’est d’être un leader quand je dis être un leader c’est être fier de moi et incarner mon message et être pleinement intègre par rapport à mon message chaque jour et ensuite pouvoir amener chaque personne que je rencontre à être plus alignée et l’aider à transformer ses perceptions erronées de la réalité. Pour moi ce qui fait qu’aujourd’hui tu n’es pas un leader, c’est toutes les perceptions erronées de la réalité, et tous ces concepts du bien et du mal, de juger, de te dire “ça c’est bien, ça c’est mal”, qui te met du flou dans ce que tu veux vraiment dans ta vie. 

Exercice par Nicolas

Ce que je vous invite à faire, c’est de prendre de quoi écrire et s’il le faut, revisionnez la vidéo, ça dure quelques minutes et prenez le temps d’écrire ce que ces différents concepts signifient pour vous? Quelles sont les choses que vous devez lâcher dans votre vie et qui vont vous permettre d’être plus aligné plus en cohérence avec vos valeurs ? Quelle est votre grande vision ? Qu’est-ce que vous voulez réaliser ? A quoi vous voulez contribuer dans le monde ? Quelles sont les peurs qui aujourd’hui vous retiennent ?

 C’est ce qui m’est venu comme image, je vous vois en train d’écrire et de peut-être commencer à transformer des choses pour la suite. C’est la mission de Julien, c’est notre mission à Sandrine et moi également d’accompagner les gens à se rapprocher de qui ils sont au plus profond d’eux-mêmes, d’offrir plus de valeur au monde et de pouvoir en faire un business aussi parce que c’est en créant de la valeur qu’on génère de l’abondance et qu’on peut réellement contribuer. 

Je rajouterais vraiment quelque chose qui a changé ma vie c’est cette question: si l’argent n’existait pas dans ce monde, qu’est-ce que je ferais de ma vie? A quoi ressemblerait ma journée idéale? Je me suis posé cette question il y a trois ans, ça me paraissait lointain. Trois ans plus tard, en gardant cette vision en tête, en ajustant massivement, en me remettant en question constamment, en travaillant sur moi constamment, aujourd’hui j’ai obtenu ce que j’avais écrit il y a trois ans et c’est même plus grand que ce que j’avais pu imaginer. J’ai tout ce que j’avais décidé!

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Envie d'aller plus loin ?

Notre chanson

Découvrez notre chanson pour se réinventer inspirée par le mantra "Lokah Samastah Sukhino Bhavantu"

Nos programmes

Découvrez nos programmes d'accompagnement. Du développement personnel à l'épanouissement professionnel.

Nos vidéos

Visionnez les interviews d'entrepreneurs inspirants sur notre chaîne YouTube. N'oubliez pas de vous abonner.