Sylvie, fondatrice de l'Académie Zerocarabistouilles devant ses bocaux rempli de produits en vrac

Astuce zéro déchet: apprendre à aimer sa poubelle avec Sylvie Droulans

Sylvie, fondatrice de l’Académie Zérocarabistouilles, nous transmet l’étape essentielle pour se lancer dans le zéro déchet: apprendre à aimer sa poubelle. Elle nous raconte également comment elle s’est convertie en famille à cette pratique et comment aujourd’hui elle accompagne ces clients dans une démarche plus durable.

Transcription de la vidéo :

Sylvie, tu es une experte du zéro déchet, peux-tu nous expliquer d’où vient cette grande mission ?

Nous sommes une famille de 4, j’ai deux filles et un mari et il y a 5 ans. On s’est lancé dans ces démarches zéro déchet parce que j’ai été à la rencontre d’une personne qui s’appelle Béa Johnson. Elle a mis le doigt sur un élément que j’avais oublié dans ma démarche durable que j’avais déjà initiée depuis la naissance de notre premier enfant, c’était le déchet. Dans notre société actuelle, le déchet et partout. Donc en ouvrant cette boîte de Pandore, cela a élargi ma vision et m’a donné l’envie d’aller beaucoup plus loin. Depuis 5 ans, on ne produit plus qu’1,6 litres de déchets par 20 mois pour ma famille de 4 personnes.

Par où on démarre quand on se lance dans le zéro déchet ? Quelle est la première chose à faire pour que ce soit une vraie démarche ?

Il va falloir apprendre à aimer sa poubelle ;-). On va devoir prendre le temps d’analyser ce qu’il y a dedans. Généralement c’est le truc qu’on a envie de jeter le plus vite possible dans la rue quand les éboueurs passent, le truc qui sent mauvais.

Quand on aime une personne, on n’a pas envie de lui donner de la mauvaise nourriture, c’est la même chose avec la poubelle. En analysant ce qu’il y a dedans, on va se rendre compte de ce qu’on lui donne en trop grande quantité qui pourrait lui faire faire une indigestion. Par exemple, dans une poubelle on retrouve plein de barquettes en plastique, de viandes pré-emballées, d’emballages de fromages etc. Cela donne rapidement un indicateur de ce qu’on consomme en grande quantité. Alors il faut se poser la question de savoir ce que je pourrais faire pour éviter cela et mettre des actions en place : décider d’aller au magasin avec ses propres boîtes, et donc en prenant ces actions, je vais permettre d’évacuer ces déchets-là. Petit à petit, en travaillant sur tout ce qu’on retrouve dans la poubelle et les alternatives qu’on peut identifier, on va diminuer les déchets qui se retrouvent dans la poubelle et on va donc être beaucoup plus sympa avec elle.

En ce qui me concerne, mon bocal, c’est un ami, et donc quand je vais devoir mettre un déchet dedans, je vais avoir mal au cœur, donc je vais me demander ce que j’aurais pu faire pour éviter ce décher. Donc quand je le jette, je dois vraiment dire en conscience que j’accepte ce déchet. C’est donc vraiment important d’avoir un autre rapport à sa poubelle.

On peut faire ce travail d’analyser sa poubelle en mettant une bâche au sol et on peut mettre des gants si vraiment on trouve cela trop dégoûtant mais le fait aussi d’avoir les odeurs, de voir les déchets, on met vraiment la lumière sur ce qui se passe. On est tellement habitué à dire que le déchet, ce n’est pas grave, qu’on ne le voit plus, on n’est plus conscient de ce qu’on génère. Si j’avais dû accumuler tous mes déchets pendant un an comme je l’ai fait avec mon bocal, je ne sais pas où j’aurais stocké tous mes déchets si je n’avais pas changé ma démarche.

Quel est pour toi le kit avec lequel on peut démarrer quand on veut commencer à réduire ses déchets ? Qu’est-ce que tu as toujours sur toi quand tu vas faire tes courses ?

J’ai des boîtes qui étaient déjà dans mes armoires, donc je réutilise tout ce que j’ai. Je réutilise des bocaux que j’avais peut-être achetés avec un produit dedans et que j’ai conservés au cas où. J’ai également des sacs en tissu pour transporter le tout mais aussi pour mettre dedans mon riz, mes pâtes, tout ce que je vais acheter de sec. J’évalue avant de partir la quantité de sacs, de bocaux et de boîtes dont je vais avoir besoin. J’ai aussi des boîtes en inox que j’ai achetées petit à petit qui sont assez légères à transporter parce qu’on se déplace beaucoup à vélo, les contenants en verre cassent plus facilement.

Il y a beaucoup d’explications sur mon blog pour démarrer avec beaucoup de simplicité et puis il y a les deux livres que j’ai écrits qui ont pour ambition d’accompagner les gens pas à pas et maintenant il y a carrément l’Académie zéro déchet qui est là pour accompagner les gens pendant 3 mois dans leur démarche zéro déchet et leur donner toutes les clés pour devenir acteur de leur démarche et ancrer cela dans la durée.

Quelles sont les transformations que tu observes chez tes premiers clients de l’Académie zéro déchet ?

J’ai vu plein de personnes magnifiques qui ont osé surpasser leur peur. Elles étaient réticentes au début, pensant qu’elles n’y arriveraient pas. Je leur ai donné des exercices qui leur a permis de se challenger et de faire de grands pas. Certains se sont donnés comme objectif de passer à une poubelle par mois, ils sont en train d’atteindre cet objectif. Il y a beaucoup de reconnaissance car ils sont en train d’arriver à leur objectif en surpassant beaucoup de peurs, c’est très valorisant. L’idée est que chacun se fixe des objectifs en fonction de ce qu’il peut réaliser. Je suis convaincue que ces personnes iront encore plus loin.

C’est important, de se fixer des objectifs qui soient réalistes, on ne change pas tout du jour au lendemain. La société peut parfois mettre la pression à ce point de vue.

Tout à fait, j’ai d’ailleurs une éco-héros qui était assez seule dans sa démarche et qui pensait que son mari ne la suivrait jamais. Je lui avais donné comme exercice de trouver un moyen de rendre sa poubelle plus petite physiquement. Si la poubelle est physiquement plus petite, on va réfléchir à deux fois par rapport aux déchets qu’on va mettre dedans. C’est finalement son mari qui est revenu vers elle en lui proposant de passer à une plus petite poubelle. Pour moi, cet exemple montre à quel point on peut déjà se lancer seul dans une démarche et vouloir la mettre en place avec un plan d’actions complet, et puis on peut avoir un rayonnement plus vaste dans sa famille mais aussi plus largement.

Donc, commencez par observer votre poubelle, prendre conscience de ce que vous lui donnez à manger, ensuite faites-vous votre petit kit qui est réaliste par rapport à votre quotidien. Il est aussi nécessaire d’identifier les objectifs que vous pouvez vous fixer de manière réaliste et les faire évoluer au fur et à mesure.

Et se faire accompagner je pense que c’est une belle manière de rentrer dans cette démarche. On a souvent tendance à avancer à petits pas parce que c’est légitime de vouloir faire du zéro déchet mais si on ne s’interroge pas sur le pourquoi on se lance dans cette démarche, si on n’est pas assez fort dans ses convictions, on peut peut-être perdre le cap et retourner à ses anciennes habitudes

Comment cette nouvelle manière de vivre est vécue dans ta famille ?

Ce qui est génial, c’est qu’on l’a fait pas à pas et c’est ce que je conseille à tous mes clients. En le faisant pas à pas, on ne se sent pas oppressé, on a une habitude qui s’installe, ensuite une autre et ainsi de suite. Et aujourd’hui, quand on regarde en arrière, on se demande comment on faisait avant. Mes enfants et mon mari sont très épanouis parce qu’on sait pourquoi on le fait et on en discute régulièrement. Le dialogue, dans un projet comme celui-là, que ce soit avec son compagnon, ses enfants ou avec ses amis est essentiel si on veut arriver à s’engager dans cette démarche

Vous pouvez retrouver Sylvie Droulans et sa démarche Zéro Déchet sur son site.

 

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Envie d'aller plus loin ?

Notre chanson

Découvrez notre chanson pour se réinventer inspirée par le mantra "Lokah Samastah Sukhino Bhavantu"

Nos programmes

Découvrez nos programmes d'accompagnement. Du développement personnel à l'épanouissement professionnel.

Nos vidéos

Visionnez les interviews d'entrepreneurs inspirants sur notre chaîne YouTube. N'oubliez pas de vous abonner.